Brouillons...

Publié le par Dumb


Brouillons vierges tels ces déserts arides,
 

La vie ne s’écrit plus avec ces précieux mots…

Comment lutter contre cette profonde ride

Qui fend en deux mes rimes et mon cerveau ?

 

Pour savoir et pouvoir écrire,

Il faut sûrement domestiquer la vie,

Mais pourquoi m’échappe-t-elle sans ralentire,

Cette vie bercée par l’écriture et son ennui ?

 

Aurait-elle déjà eut un certain relief,

Cette vie qui ne me permet l’inspiration,

Mon cerveau est-il le sombre fief,

De cette vie, sans colère, sans haine et sans vallon ?

Publié dans Poèmes d'avant

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

samia 16/10/2008 22:53

Bonsoir Dumb,Ton poème est sublime, car c'est toujours cette expression poètique qui est plus grande dans l'âme qui te pousse à écrire. Il m'arrive aussi de prendre mon stylo et de ne pas arrêter à écrire la poèsie ou la prose qui sont bien l'art du coeur.Je pourrais aussi référencer ton blog sur le mien, si j'ai d'abord ton accord et tu peux faire de même pour mon blog, pour moi c'est un grand plaisir.Bonne soirée

Dumb 17/10/2008 11:13


Aucun soucis ! Merci pour ces commentaires !!!


Limpide 16/10/2008 22:51

Je viens de lire ta présentationquand beaucoup de gens confondent le "JE" avec notre propre "JEU"Ainsi, de nos mots jetés, au travers de nos pensées...Qu'en reste-t-il ?et pourquoi ne pas nous transposerau travers de mots, de nos rimes,le tout en plaisirs partagés, en dérives de peinesne jamais oublier, qu'au delà des motsémanent pure envie, une certaine liberté,un semblant de vérité, ou empreinte d'un passénon toujours prendre avec réserve nos commentairesmais parfois, cela va si vite, comme tout à chacun, moi aussi je me suis laissée transportéeconfondant virtuel ou réalitémais je reste maintenant assez lointaine, ou bien je disque ce n'est que ma pensée face à des mots que je ressens, juste une bribe de moi face à un commentairebisous à toi.Limpide,